Vous semblez être localisé(e) en <country>

Rendez-vous sur votre site TENA pour des informations locales.

L’infection urinaire chez les femmes

Illustration de la manière dont les bactéries infectent la vessie lors d’une infection urinaire
Il est fort probable que vous ayez déjà eu une infection urinaire (IVU), car la moitié des femmes en sont affectées au cours de leur vie. Et si vous en avez déjà eu une, il est également probable qu’elle revienne. Voici quelques conseils pour apprendre à déceler une infection et même à l’éviter.

Qu’est-ce qu’une infection urinaire ?

Les IVU surviennent quand des bactéries pénètrent dans les voies urinaires, entraînant une infection à la fois désagréable et douloureuse, et pour beaucoup de personnes, un problème récurrent. Les infections sont généralement causées par la pénétration des bactéries du corps humain là où elles ne devraient pas, le type le plus répandu étant la bactérie E. Coli qui vit généralement dans l’intestin. Staphylococcus saprophyticus est une autre source d’infection relativement courante chez les femmes jeunes. Néanmoins, d’autres bactéries sont parfois responsables.

Les femmes sont plus exposées que les hommes, et ceci est principalement lié à l’anatomie féminine. L’urètre féminin est relativement court et situé près de l’anus, à partir duquel les bactéries peuvent pénétrer facilement dans les voies urinaires.

Chez les femmes, en outre, les taux d’œstrogènes déclinent avec l’âge. La paroi de l’appareil urinaire peut ainsi devenir plus fine et plus sèche. La membrane muqueuse protectrice devient également moins acide, ce qui réduit sa capacité à combattre les infections. C’est pourquoi un traitement aux œstrogènes est recommandé pour prévenir les IVU.

Quels sont les symptômes d’une infection urinaire ?

  • Sensation douloureuse ou de brûlure lors de la miction
  • Besoin constant d’aller aux toilettes, et miction fréquente
  • Petites quantités d’urine à chaque fois
  • Traces de sang dans l’urine
  • Urine foncée, trouble ou dégageant une forte odeur
  • Frilosité, généralement non accompagnée de fièvre
  • Incontinence urinaire soudaine

De l’IVU inférieure à l’IVU supérieure

Quand l’infection se situe dans l’urètre et dans la vessie, on l’appelle IVU inférieure. Si les bactéries se propagent aux uretères et aux reins, elles peuvent entraîner une IVU supérieure. Si cela se produit, les symptômes vont sensiblement empirer, incluant mal de dos, nausées et fièvre. Ces infections sont potentiellement graves car elles peuvent endommager les reins et même causer une insuffisance rénale aiguë si elles ne sont pas traitées. Elles peuvent finir par entraîner une urosepsie, une infection du sang qui nécessite des soins intensifs d’urgence.


Comment guérir une infection urinaire ?

La plupart des infections se soignent efficacement avec des antibiotiques. Un test de culture d’urine est souvent réalisé pour identifier quelle bactérie a causé l’infection et quels antibiotiques seront les plus efficaces. Chez les femmes en bonne santé, les infections légères peuvent se guérir spontanément, mais si vous rencontrez des symptômes graves d’IVU, vous devriez consulter un médecin.

Que faire pour soulager les symptômes d’une IVU ?

  • Bien s’hydrater aide à évacuer les bactéries de la vessie.
  • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS*) peuvent soulager la douleur, et atténuer la fièvre et l’inflammation.
  • Une bouillotte placée dans le bas du dos ou sur le ventre peut aider à soulager la douleur.

Comment neutraliser l’infection avant qu’elle ne s’installe

La première méthode de prévention consiste à maintenir la zone génitale propre et saine afin qu’elle soit en mesure de se protéger contre les infections. Par ailleurs, évacuez les bactéries en vous hydratant correctement ! Enfin, veillez à vider complètement votre vessie, car les bactéries peuvent proliférer plus facilement dans l’urine restante.

De nombreux conseils circulent sur la manière d’éviter les IVU mais ils n’ont pas été prouvés scientifiquement, du moins pas encore. Néanmoins, rien ne vous empêche de les essayer. Vous trouverez ci-dessous des conseils utiles qui peuvent vous aider à prévenir les IVU – et qui sont plus ou moins scientifiquement prouvés.

Quelques conseils pour éviter les IVU :

  • Aux toilettes, il est recommandé de s’essuyer de l’avant vers l’arrière.
  • Évitez de trop vous laver ou d’utiliser tout savon agressif sur la zone génitale sensible car cela peut déséquilibrer la flore et causer des irritations.
  • Utilisez la crème lavante TENA Wash Cream pour la zone intime, et une crème barrière TENA pour hydrater et protéger la peau.
  • Veillez à bien sécher la peau après la toilette et après avoir changé vos produits d’hygiène car les bactéries prolifèrent plus vite dans les zones humides.
  • Utilisez des produits d’incontinence TENA respirants et de qualité, sans danger et doux pour la peau.
  • Il est recommandé d’uriner après toute relation sexuelle.
  • Un apport suffisant en vitamine D a un effet positif sur le système immunitaire.
  • Si vous attrapez facilement des IVU, essayez de prendre une douche à la place d’un bain.
  • L’application locale d’un œstrogène vaginal peut être utilisée, parfois même chez les femmes pré-ménopausiques.
  • Évitez les préservatifs avec spermicides, qui peuvent augmenter le risque d’infection.

Si vous avez du mal à vider complètement votre vessie, voici ce que vous pouvez faire pour faciliter la vidange de la vessie :

  • Quand vous allez aux toilettes, adoptez une posture assise vous permettant de bien relâcher le plancher pelvien, en vous penchant légèrement en avant, genoux pliés et pieds reposant par terre ou sur un repose-pied.
  • Quand vous avez fini d’uriner, levez-vous et rasseyez-vous plusieurs fois. Cela peut faciliter l’évacuation de l’urine restante après la première miction.

 

* Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont une classe d’analgésiques qui réduit la douleur, la fièvre et l’inflammation.