Vous semblez être localisé(e) en <country>

Rendez-vous sur votre site TENA pour des informations locales.

La prostate et l’incontinence masculine


Bien que la prostate et l’incontinence ne sont sans doute pas le type de sujet que vous aborderiez en soirée dînatoire, il est important de savoir comment les deux sont liées. Pour dissiper toute confusion à ce sujet, nous avons interrogé Ralph Peeker, Professeur et Chef hospitalier du service d’urologie de l’hôpital universitaire de Sahlgrenska à Göteborg.

La prostate et l’incontinence masculine

Vers 18-20 ans, la prostate pèse environ 20 grammes et a la taille d’une noix. Au fil des années, elle peut croître et atteindre 500 grammes.



Votre prostate est comparable à une noix

Procédons dans l’ordre. Que savez-vous sur la glande prostatique ? Située entre la vessie et le pénis, sa tâche principale consiste à produire un fluide qui se combine au sperme pour donner le liquide séminal. À vingt ans, la prostate a la taille d’une noix et pèse entre 18 et 20 grammes.


Comme les oreilles, la prostate ne cesse jamais de croître.

La chose rassurante à savoir est que la croissance de la prostate est un phénomène normal. « Chez certains hommes, la prostate grossit un peu. Chez d’autres, un peu plus et chez certains, beaucoup plus – pouvant atteindre un demi-kilo », affirme Peeker. Souvent, la croissance de la prostate passe inaperçue. Mais chez certains hommes présentant une hypertrophie de la prostate, ou hyperplasie bénigne de la prostate (HBP), peut entraîner des douleurs et des dysfonctionnements de l’appareil urinaire, comme des difficultés à stocker l’urine, un retard de la miction, un jet d’urine lent, une incapacité à uriner, ou de l’urine résiduelle susceptible d’entraîner une infection. Le dysfonctionnement des voies urinaires inférieures est relativement courant et affecte 25 % des hommes de plus de 40 ans. Des traitements efficaces sont disponibles et votre qualité de vie n’a pas à en souffrir.


Une hypertrophie de la prostate ne veut pas dire cancer

Selon Peeker, il est souvent pensé à tort que le dysfonctionnement des voies urinaires inférieures est un symptôme du cancer de la prostate. Bien qu’il y ait peu de signes annonciateurs du cancer de la prostate, les antécédents familiaux et l’alimentation constituent des facteurs de risque. La première étape du diagnostic consiste en une simple prise de sang connue sous le nom de test PSA.
 
Point intéressant, le cancer de la prostate croît lentement dans de nombreux cas. C’est pourquoi la surveillance active est souvent préférée à une procédure chirurgicale qui risque, entre autres, d’entraîner une incontinence. L’incontinence à l’effort, plus commune chez les femmes, peut être un effet secondaire temporaire ou permanent d’une chirurgie pelvienne comme la prostatectomie. Cette chirurgie implique l’ablation totale de la prostate, ce qui peut entraver le fonctionnement du sphincter et entraîner des fuites urinaires. Des médicaments et procédures chirurgicales existent pour atténuer ces troubles ou même les guérir. Dans les cas modérés, des exercices du plancher pelvien, qui aident à renforcer les muscles du périnée, peuvent aider à améliorer le contrôle de la vessie et réduire les fuites urinaires. Néanmoins, si les symptômes ou risques liés au cancer de la prostate vous inquiètent, mieux vaut en parler à votre médecin de manière à être bien informé. 

« Souvent, ce n’est pas la prostate qui est en cause »

Bien qu’une hypertrophie de la prostate puisse parfois entraîner des problèmes urinaires, Peeker affirme qu’il nous faut dépasser la région pelvienne et nous pencher sur le cerveau pour déterminer la cause principale de l’incontinence masculine. 
 
Le système nerveux central gouverne les réflexes de la miction, ou la capacité à se retenir quand un besoin d’uriner se fait sentir. Ces circuits critiques du cerveau peuvent être endommagés lors de traumatismes comme une lésion cérébrale ou un AVC, entraînant des gouttes et pertes légères involontaires chez certains hommes. Connue sous le nom d’incontinence d’urgence, c’est la forme la plus commune d’incontinence urinaire chez les hommes.  
Mais les effets ne sont pas nécessairement aussi graves que lors d’un AVC. « Il peut s’agir d’une perturbation mineure de l’irrigation sanguine et de l’oxygénation du cerveau causée par une athérosclérose générale », explique Peeker. 
 
L’athérosclérose est le durcissement et le rétrécissement des artères causés par la cigarette, une alimentation déséquilibrée et la sédentarité. Et bien qu’il ne soit pas cliniquement prouvé qu’une alimentation déséquilibrée provoque l’incontinence, une alimentation équilibrée et un style de vie actif ne peuvent être que bénéfiques. « Le corps tout entier bénéficie d’une bonne oxygénation des tissus corporels » ajoute Peeker.
 
Son conseil : « si vous avez un symptôme quelconque, consultez. » Si vous avez des questions concernant la prostate et l’incontinence urinaire, parlez-en à votre médecin.

Chez certains hommes, la prostate peut finir par atteindre un demi-kilo.

Ralph Peeker
Professeur et Chef hospitalier

Le saviez-vous ?

Un homme sur quatre de plus de 40 ans présente des dysfonctionnements de l’appareil urinaire.

1 sur 4

Articles liés

Sortir malgré les fuites urinaires

Souvent, les hommes souffrant de fuites urinaires craignent de sortir en public. La peur des fuites les conduit peu à peu à l’isolement. Mais avec un plan d’attaque en bonne et due forme, vous pourrez bientôt contrôler les fuites et reprendre vos activités en toute confiance.

Rester actif malgré les fuites urinaires

Les fuites urinaires, quel que soit leur type, ne doivent pas vous empêcher de vivre la vie dont vous rêvez.