En savoir plus sur les fuites urinaires


Un homme de plus de 40 ans* sur quatre est confronté à des fuites urinaires, un phénomène également connu sous le nom d’incontinence. Pour trouver une solution adaptée à vos besoins, il est important que vous compreniez le fonctionnement de l’incontinence.

Un homme sur quatre est confronté aux fuites urinaires

Les types d’incontinence les plus courants

Il existe différents types d’incontinence, dont les plus courants sont l’incontinence par impériosité et l’incontinence post-mictionnelle (également connue sous le nom de pertes urinaires post-miction et dernières gouttes). Une combinaison de ces deux types n’est pas rare. Les autres types d’incontinence sont l’incontinence par regorgement (fuites involontaires quand la vessie est pleine, souvent causées par une hypertrophie de la prostate) et l’incontinence d’effort. La meilleure manière de déterminer votre type d’incontinence est de consulter un médecin qui vous aidera à trouver le traitement approprié. Une consultation avec un médecin vous permettra également de vérifier que les fuites urinaires ne sont pas un effet secondaire d’autres problèmes de santé.


Incontinence par impériosité

L’incontinence par impériosité est un besoin pressant d’uriner caractérisé par une libération involontaire d’urine. Un certain nombre de causes peuvent entraîner ce trouble. L’une des causes principales est lorsque les muscles du détrusor, les muscles volontaires du sphincter, sont hyperactifs et entraînent des contractions involontaires. Ils envoient des signaux nerveux au cerveau, donnant la sensation que vous devez uriner quand vous n’en avez pas besoin. Dans certains cas, il peut s’agir d’une irritation de la vessie découlant d’une infection ou de calculs rénaux. Ce trouble peut également être la conséquence d’une maladie neurologique ou cérébrale (AVC, maladie de Parkinson, sclérose en plaques...).


L’incontinence urinaire d’effort

L’incontinence urinaire d’effort désigne la perte involontaire d’urine lors d’un effort physique ou lorsqu’une pression est exercée sur la vessie (en toussant, riant ou éternuant, par exemple). Le sphincter ou les muscles du plancher pelvien et les ligaments soutenant la vessie sont trop faibles pour maintenir l’urine à l’intérieur de cette dernière. Ce type d’incontinence est plus fréquent chez la femme. Toutefois, environ 1 % d’hommes est concerné après une chirurgie de la prostate.


Comment faire face

Il existe différentes méthodes permettant de reprendre le contrôle de votre vessie. Vous pouvez réaliser quelques exercices de renforcement des muscles du plancher pelvien ou modifier vos habitudes hygiéno-diététiques, par exemple. Avant tout, il est indispensable que vous consultiez un médecin qui vous aidera à identifier le problème dont vous souffrez et la solution la plus adaptée.

Vous pouvez également consulter nos rubriques concernant les exercices efficaces ou nos conseils et astuces.


* Source : Etude MSI International 2013, sur des hommes âgés de plus de 40 ans résidant aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne, en Italie, en Russie et au Mexique.

Articles liés

Sortir malgré les fuites urinaires

Souvent, les hommes souffrant de fuites urinaires craignent de sortir en public. La peur des fuites les conduit peu à peu à l’isolement. Mais avec un plan d’attaque en bonne et due forme, vous pourrez bientôt contrôler les fuites et reprendre vos activités en toute confiance.

Rester actif malgré les fuites urinaires

Les fuites urinaires, quel que soit leur type, ne doivent pas vous empêcher de vivre la vie dont vous rêvez.

Tout comprendre

Quels sont les causes et les différents types de fuites urinaires ?

Les types et les causes des fuites urinaires et de l’incontinence

AVEZ-VOUS DES QUESTIONS?

ÉCHANTILLON GRATUIT

What are cookies?

Lorem ipsum dolor sit amet lorem ipsum dolor sit amet lorem ipsum dolor sit amet.